L'Ainpact

Echo du Massif Jurassien : Le Caveau des artistes reçoit Michel Colombin


Ce mois-ci, Le Caveau des artistes a l’honneur d’accueillir un peintre et dessinateur à la renommée internationale. Michel Colombin est un artiste touche-à-touche à découvrir de toute urgence.

Le peintre français que Le Caveau des Artistes reçoit en ce mois de novembre, Michel Colombin, semble avoir l’âge de sa maturité. Ce nancéen et messin d’origine est né il y a 64 ans, et s’est mis au dessin dès son plus jeune âge, en utilisant ses premiers crayons d’écolier, puis a étudié l’Histoire de l’art, pour être l’admirateur de certains grands peintres. Ainsi, il se fascine pour le travail de peintres torturés comme Vincent Van Gogh, la virtuosité des Rembrandt, Goya ou Vélasquez, ou plus simplement la solitude et les formes géométriques d’Edward Hopper. Pour cet autodidacte informaticien retraité d’EDF, ses premiers dessins retracent déjà des scènes de la vie courante dans un monde qui l’entoure, avec des sujets représentants des personnages d’histoires sans paroles, mais qui s’activent autour de lui. Son art qui utilise à merveille les perspectives, fait penser à la photo, avec ses champs et contre-champs.  Son expression bien personnelle se caractérise au premier abord par l’utilisation de la peinture à l’huile, mais surtout par sa maîtrise de l’encre de chine, qu’il mélange parfois à de l’encre blanche. Chez lui, ce n’est pas le rouge et le noir, mais bien le noir et le blanc, qui prédominent, dans l’art en perspective contemporaine. Son inspiration trouve souvent écho dans la mythologie grecque comme le Mythe de Sisyphe. Il adore aussi le funambulisme. Dans son atelier de Montigny-lès-Metz, dans lequel il travaille tous les jours, l’inspiration lui vient en écoutant de la musique sur France Culture. Il lui arrive souvent de mener de front plusieurs œuvres notamment une peinture à l’huile et une encre de chine.



À la question, pourquoi cette exposition ici à Saint-Claude, Michel Colombin a répondu très gentiment qu’il était « déjà venu pour la première fois dans le Jura en août 2015 et avait exposé à la salle Gérard Loye, rue de l’Eglise aux Rousses pendant une semaine. » Il en avait gardé un excellent souvenir. Cet homme, un peu touche à tout, est poète à son heure et s’occupe à Paris d’une émission sur Radio Courtoisie « Le libre Journal des Beaux-Arts », dans laquelle il reçoit des artistes de tous poils, dont peintres et poètes. C’est aussi un grand voyageur, car il expose dans le monde entier, notamment aux USA, en Asie, au Japon, en Corée du Sud, dont il revient d’un séjour de trois semaines, avant de repartir pour Madrid en Espagne. D’ailleurs, son épouse présente à l’exposition, est d’origine ukrainienne, du côté d’Odessa. Et pour donner une petite conclusion à cette belle aventure artistique, rappelons ici les propos de Régis Martin, adjoint à la culture : « L’artiste nous prête ses yeux pour regarder le monde. C’est ce que fait Michel Colombin ce soir. Il nous donne à comprendre le monde non pas au sens où il nous en impose sa propre vision, mais par l’invitation à prendre la réalité autrement ». Un pinceau et une plume à découvrir…


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Imprimer     Fermer