L'Ainpact L'Ainpact sur mobile L'Ainpact sur Facebook Flux RSS


Echos dU Massif Jurassien : Entretien avec un chasseur d’orages


Au Caveau des Artistes, Nicolas Gascard présente « Jura Wild Light »

La photographie comme une vocation



Le Caveau des Artistes de Saint-Claude a la chance d’exposer pour deux mois, en décembre et janvier, le célèbre et spectaculaire photographe Nicolas Gascard. Décembre sera plutôt consacré aux paysages jurassiens, tandis que janvier explosera à la face des visiteurs avec les clichés des phénomènes naturels les plus caractéristiques. À 35 ans, Nicolas, ce photographe professionnel d’origine dijonnaise, amoureux fou du Massif Jurassien, a parcouru des centaines de milliers de kilomètres, en Europe et sur le continent nord-américain, et s’est spécialisé dans la prise de vue des phénomènes naturels atmosphériques... Très attiré depuis sa plus tendre enfance par les éléments ainsi que par la lumière, c’est à Chaussin dans le Jura dôlois, que cet autodidacte de l’image a découvert sa fascination pour la foudre. Très exactement le 9 juin 1993, avec une apparition hallucinante du feu de Zeus la nuit. Il baroude souvent à travers le monde à la recherche des situations atmosphériques et des lumières les plus spectaculaires entre ciel et terre. « La matière va au-delà de la beauté, c’est une nécessité vitale de vivre avec elle », explique-il. Son travail se caractérise par 50% d’instinct et 50% de commande.



Une belle atmosphère



Les paisibles mers de nuages dans la montagne jurassienne, qu’il adore, n’ont aucun secret pour lui. Il va traquer de spots en spots depuis plus de 20 ans de jour comme de nuit, les aurores boréales dans les pays scandinaves, Norvège, Suède, Finlande sans oublier l’Islande et bien sûr les redoutables orages et éclairs. Son record d’approche des départs d’éclairs en photo est de 80 mètres, et de 50 en vidéo. Il équipe son véhicule de plusieurs appareils de photographie, et s’approche donc au plus près du sujet, et quand cela éclate, il photographie en rafale. Les meilleurs clichés seront mis de côté. À cet effet, les États-Unis d’Amérique sont son lieu de « jeu » privilégié, que ce soit dans le Colorado, le Kansas, le Texas ou le Dakota. « C’est une sorte de retour à l’état de création ou durant un espace-temps très rapide, la nature dévoile toute son intériorité. » Nicolas Gascard est l’auteur de plusieurs ouvrages photographiques, dont le dernier « Atmosphère », dans lesquels il précipite son lecteur au cœur de cet atmosphère d’où jaillissent de multiples spectacles naturels aussi fascinants que mystérieux.



La reconnaissance



Il participe régulièrement à diverses conférences et à différents festivals photographiques internationaux. Il collabore avec la presse, dont les grands médias, tels « Terre sauvage », « V.S.D », « Paris Match », ou encore « Science et Vie ». Il a ainsi constitué depuis 1996 une importante collection de vidéos et de clichés… Comble de bonheur, lors du vernissage, il a pu discourir sur la photo et les affres d’une belle prise de vue avec Claude Le Pennec, homme des bois et photographe animalier bien connu du secteur. Une rencontre riche en anecdotes. Une visite s’impose donc à Saint-Claude, afin d’admirer, comme le suggère Régis Martin, adjoint à la Culture, « le talent reconnu de Nicolas Gascard, qui différencie le simple observateur, de l’artiste qu’il est aujourd’hui, devenu une autre force de la nature avec ce courage pour approcher des phénomènes dangereux… »


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces