L'Ainpact L'Ainpact sur mobile L'Ainpact sur Facebook Flux RSS


Guide de survie des vacances…à la ferme !


Tous nos amis sont partis à Ibiza faire la fête. Nos parents ont décidé de faire de l’agritourisme. On a voulu faire comme notre chat quand il sait qu’il a sa visite chez le véto, et se cacher sous les meubles pour que nos parents nous oublient. Malheureusement, ils nous ont retrouvé !

Un réveil au chant du coq



Imaginez la scène de crime : une grande ferme isolée au milieu des champs, au cœur d’une campagne déserte avec pour toute compagnie trois ânes, quatre chèvres, un chien édenté, un coq agressif et des poules écervelées. Et le pire du pire : PAS DE WIFI. Maman nous l’avait annoncé comme la meilleure nouvelle de l’année : « Cet été, on fera du tourisme rural. Un séjour 100 % fermier loin du stress de la ville ». Ce qu’elle semble ignorer, c’est qu’il n’y a bien qu’elle qui est stressée par la ville. Nous, le bruit, la foule, les voitures et la pollution, on aime ! Nos parents nous avaient prévenus, mais c’est dur, très dur. Et durant tout le trajet, ils enfonçaient le clou avec des slogans types « se retrouver en famille », « partager du temps ensemble », « retour aux sources », « blablabla… ». On s’est bouché les oreilles en envoyant les derniers sms de secours à nos copains. Mais aucun n’est venu nous récupérer en hélicoptère. On ne voit ça que dans les films. Comble de malheur, c’est une ferme dite « pédagogique ». La pédagogie, un mot qu’on a en horreur depuis la maternelle. On imaginait donc que la ferme en question était tenue par un professeur reconverti à l’agriculture et qu’on allait réviser tout l’été. Il ne manquait plus que ça. Qu’on s’instruise !



paysage de nature



L’œuf ou la poule ?



À notre arrivée, la ferme en pierre dorée et la cour très fleurie nous ont quand même fait bonne impression. Notre logement, dans une dépendance, était plus grand que notre appartement en ville et la vue dégagée sur les champs était proche d’un tableau de maître d’après maman. Les activités ont commencé le jour même. S’occuper des animaux et du potager. C’était assez amusant de courir derrière les poules ! Le lendemain, on a fait du théâtre, puis du cirque et enfin de la musique. Le professeur-agriculteur était aussi un artiste. Il faut reconnaître qu’on était surpris et qu’on a commencé à prendre goût à nos vacances. On s’imaginait ne pas pouvoir survivre sans internet, sans la télé et nos copains réunis. On a réalisé qu’on pouvait s’occuper autrement, même si Google n’était plus là pour nous souffler notre dose quotidienne de distraction. La balade avec l’âne cabochard restera un grand moment, les veillés de jeux en famille aussi, dormir dans la paille, aller chercher nos œufs frais tous les matins, cueillir les fruits du verger et en faire des confitures ou des tartes. Il y a toujours quelque-chose à faire dans une ferme. Finalement, il n’y a vraiment que le coq qu’on a voulu passer à la casserole quand il chantait trop tôt le matin. Alors, oui, il est possible de revenir vivants des vacances passées à la ferme. Nous n’avons rien dit à nos parents de leur « victoire ». Et surtout, tout instruit qu’il est, le professeur n’a pas répondu à LA question « Qui de l’œuf ou la poule est arrivé en premier ? ».


Fille faisant un câlin à un âne


Leurs vacances à la ferme : ce sont les enfants qui en parlent le mieux !

  • Avec quoi fait-on du beurre ? « Avec de la crème solaire»
  • Les chevaux à l’écurie, les chèvres dans la chèvrerie et les vaches ? « Dans la vacherie »
  • Que trouve-t-on dans le pré ?  « On trouve l’amour… »

Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces