L'Ainpact L'Ainpact sur mobile L'Ainpact sur Facebook Flux RSS


Il était une fois… Montrevel-en-Bresse


La Bresse est située à cheval sur trois départements. Difficile dans ces conditions de désigner une capitale au risque de froisser quelques susceptibilités locales. Cependant, profitant de sa position centrale, et au carrefour de deux axes historiques de circulation, la commune de Montrevel-en-Bresse en possède beaucoup de caractéristiques. Elle a également bénéficié pleinement de la réussite des projets d’un ancien maire visionnaire. Quand les astres sont alignés…

On ne peut évoquer Montrevel-en-Bresse sans parler de "son" maire historique, le Docteur Louis Jannel.  Il fut le premier magistrat de 1964 à 1995. Jean-Pierre Roche, son successeur, dit de lui : « c’était en permanence un homme du futur. Il voyait les choses en grand avec des années d’avance ». C’est incontestable. C’est lui qui créa le district rural de Montrevel, en 1965, avec 11 des 14 communes du canton, bien avant que le regroupement de communes ne soit à l’ordre du jour. Il savait, en son for intérieur, que l’avenir appartenait à l’union des forces et des compétences. Pas étonnant donc que, 52 ans plus tard, en 2017, la communauté de communes qui a succédé au district rural se soit lancée sans retenue dans une nouvelle aventure au sein de la toute nouvelle communauté d’agglomérations du bassin de Bourg-en-Bresse. Un héritage assumé.



Jean-Pierre Roche reconnait un manque d’objectivité dès lors qu’il parle de sa commune. Il est fier de son passé et de son rôle marchand. Toute la Bresse venait commercer à Montrevel, lui permettant d’être une place bancaire historique. D’ailleurs, on note encore la présence de 5 établissements bancaires, et de 4 agences immobilières. Des critères qui ne trompent pas ! Ni trop proche ni trop éloignée du chef-lieu départemental, Montrevel-en-Bresse a su développer sa propre zone d’attractivité, synonyme de dynamisme et de développement constant. Cela s’est même accéléré puisque la population a quasiment doublé en 20 ans. La qualité de vie n’est pas étrangère à cet essor, et l’importance de l’offre commerciale, artisanale et de service a permis l’arrivée de nouveaux habitants, jeunes couples et seniors notamment. Cela a eu des répercussions sur l’adaptation des principales structures communales : agrandissement et modernisation de la mairie, réhabilitation des groupes scolaires et du gymnase. D’autres projets sont sur les rails ou dans les cartons : reconstruction de la gendarmerie, création de la voie verte, finalisation du site du Sougey avec l’installation d’un éleveur de volailles, montée en gamme de la Plaine Tonique, réaménagement du centre-ville… Pour le maire, « les indicateurs sont au vert, on est un territoire qui se développe. Il y a, certes, des inégalités comme partout, mais on vit quand même bien ».



Sources du dossier : Patrimoine des Pays de l’Ain – Association des amis du Sougey et de la Bresse

Bureau d'Information Touristique de Montrevel-en-Bresse - Wikipédia



Saint-Pierre-Chanel de Cuet



Le hameau de Cuet, ancienne commune absorbée par Montrevel-en-Bresse en 1794, vit naître Pierre-Louis-Marie Chanel le 12 juillet 1803 à la ferme de la Potière. Il fit ses humanités au petit séminaire de Meximieux. Ordonné prêtre, il s’occupa des paroisses d’Ambérieu-en-Bugey puis de Crozet, et enseigna à Belley. Volontaire pour aller évangéliser l’Océanie, il arriva sur l'île de Futuna (Pacifique Sud) en 1837. La christianisation rapide des habitants de l’île déplut au souverain local, qui le fit massacrer le 28 avril 1841. Il fut canonisé le 12 juin 1954 par Pie XII. À Cuet, un sanctuaire situé en l'église Saint-Oyen (XIe siècle) lui rend hommage, et le musée océanien et de Saint-Pierre-Chanel retrace sa vie, et présente des objets historiques bressans et océaniens. À Bourg-en-Bresse, une église porte son nom.



Un p’tit bijou : le manoir de la Charme



Depuis le hameau de Cuet, en suivant les panneaux indicateurs, on peut découvrir un trésor caché, le Manoir de la Charme. Inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1987, ce bel édifice à deux étages, bâti en pans de bois, date précisément de 1497. Récupéré en très mauvais état et quelque peu défiguré, le bâtiment a bénéficié d’une restauration réussie par Patrimoine des Pays de l'Ain à partir de 1993, avant d’être vendu à un propriétaire privé.



Pour en savoir davantage, il faut consulter le site "patrimoine-des-pays-de-l-ain.fr".



La ferme du Sougey : une plongée au cœur de nos racines



C’est une vraie montée en puissance ! En un peu plus d’une décennie, la ferme du Sougey est devenue un pôle culturel, festif et dynamique, incarnant l’identité de toute la Bresse. Il y a d’abord le bâtiment : une ferme bressane à colombages, magnifiquement conservée, dotée d’une cheminée sarrasine, curiosité architecturale qui divise les historiens. Datée de 1460, la ferme est une des plus anciennes et des plus belles de Bresse. Conçue, comme beaucoup d’autres, pour permettre une vie autonome, elle est composée de quatre bâtiments distincts : un corps de logis surplombé par la mitre carrée de la cheminée sarrasine, un bâtiment d’exploitation de construction plus récente, un bâtiment agricole avec grange et étable, et le dernier plus petit avec le four à pain et la porcherie. Il y a ensuite la personnalité riche et féconde, et encore très prégnante, de la dernière propriétaire, Maria Favier. Née en 1911, elle prit la suite de ses parents fermiers, avec son frère. En vieillissant, elle développa des talents de conteuse hors pair. Largement médiatisée par les radios et la télé, elle accueillit au Sougey les plus grands de ce monde, qui laissèrent leur griffe sur le livre d’or. Après sa mort, en 2000, le site fut acquis par le département de l’Ain. La ferme est classée au titre des Monuments Historiques depuis 1946, et les 40 hectares attenants sont labellisés "Espace Naturel Sensible". En 2003, une association, "Les amis du Sougey et de la Bresse", est créée pour faire connaître, défendre, mettre en valeur ce patrimoine remarquable, et perpétuer les traditions bressanes. Elle organise des visites guidées, des expositions, des manifestations et des concerts, notamment, tous les 3 ans, des spectacles vivants de grande qualité.



Renseignements : Office de tourisme de Montrevel – 04.74.25.48.74



La Plaine tonique : la dimension internationale



Il fallait un esprit visionnaire développé pour imaginer faire de trous de drague un espace de loisirs de renommée internationale. Louis Jannel était celui-là. À l’époque, ce qu’on appelait la base de Montrevel était une baignade dotée d’un camping. La réussite fut très vite au rendez-vous. La base accueillit les écoles et les centres de vacances pour permettre la pratique des sports nautiques, ce qui eut pour conséquence de l’ancrer définitivement dans ses gènes. Et les vacanciers hollandais en route pour l’Ardèche, s’arrêtant pour la nuit, prolongèrent leur pause pour finalement ne plus repartir.  Montrevel-en-Bresse, chaque été, devenait une province néerlandaise. Les possibilités de développement existaient, elles furent sagement mais efficacement exploitées. Aujourd’hui, la Plaine Tonique est un vaste espace de 140 hectares avec 580 emplacements privilégiés, soit en camping simple 4 étoiles, soit en hébergements plus ou moins insolites : mobil-homes, cottages, gîte de groupes, tentes safari, tipis. Les différents lacs réunifiés offrent une surface liquide de 95 hectares propice à la pratique d’une multitude d’activités très en vogue, et la plage sableuse de 300 mètres n’est pas l’espace le moins apprécié. Le centre nautique riche de 5 bassins, de toboggans et d’un sauna, complète la panoplie des plaisirs nautiques. Une aire d’accueil de camping-cars est à la disposition des touristes de passage. La labellisation d’une base VTT fédérale avec 130 kilomètres de parcours balisés achève de donner à cet espace unique une coloration "sport et nature" qui, désormais, s’inscrit naturellement dans la tradition bressane. 



Montrevel ouvre le bal des Glorieuses le 12 décembre



La manifestation de Montrevel-en-Bresse a le redoutable privilège d’être la première du défilé traditionnel mais toujours captivant des Glorieuses de Bresse. Cette année verra le 50ième anniversaire de l’obtention du précieux label AOC. Pour la deuxième année, les festivités se dérouleront principalement sur le site de la Plaine Tonique, sous le chapiteau prévu à cet effet. Les festivités débuteront la veille, le lundi 11 décembre, par une mise en bouche à 19 h avec une conférence-dîner "Autour des AOP". Elle se tiendra dans le gîte collectif de La Plaine Tonique (réservation au 04 74 25 68 97). Le lendemain 12 décembre, place au concours et au marché. Dès 9h, visite officielle sur invitation, et à 9h 30, ouverture de l’espace au public. À partir de 10h, la cérémonie officielle se déroulera en présence de grands chefs des "Relais et Châteaux", avec la présentation des éleveurs exposants, la lecture du palmarès et la remise des prix. Bien entendu, un vin d’honneur clôturera cette manifestation. À noter aussi :

• un pot-au-feu sera servi dans tous les restaurants du canton de Montrevel-en-Bresse, 

• un pot-au-feu et thé dansant avec « Confidence Musette» sera organisé par Ecotonic à la salle des fêtes de Montrevel (réservation au 04.74.25.49.65).

• une exposition artistique se tiendra à la Mairie de Montrevel, organisée par le Syndicat d’initiatives du samedi 9 au mardi 12, avec des œuvres d’artistes locaux.


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces