L'Ainpact

L’amour, entre intemporalité et modernité


« L'amour est à réinventer », clamait Arthur Rimbaud. Cela tombe bien, cette semaine, c’est la Saint-Valentin. Entre coups de foudre, liaisons au travail, changements d’usage ou intemporelle symbolique de la rose, chacun réinventera son amour ! Ou regardera PSG-Real…

La rose, cet emblème de l’amour



Il est aisé de trouver une raison d’offrir des fleurs. Parmi elles, la reine incontestable, indétrônable et indiscutable de l’amour se nomme la rose. De la mignonne de Ronsard à la trémière chez Verlaine en passant par son roman au Moyen-âge, la rose symbolise l’amour depuis la nuit des temps. Selon la légende, même Cléopâtre et Marc Antoine passèrent leur première nuit sur un lit de pétales de roses. Comme quoi les codes du romantisme ne datent pas d’hier et des comédies américaines. Pas étonnant qu'aujourd’hui encore, à la Saint-Valentin, la rose représente 80 % des ventes chez les fleuristes français. Mais, pour jouer au Dom Juan, il existe un langage des fleurs strict à connaître afin de choisir la couleur de la rose appropriée aux sentiments ressentis ainsi que le nombre requis pour la circonstance.



Rouge

La rose rouge est la fleur de l’amour par excellence. Elle représente l’amour ardent et durable, la passion sans faille, la puissance et la profondeur des sentiments. Bref, le rouge, c’est la valeur sûre à offrir à l’être aimé.



Blanche

Pureté, virginité, innocence, naïveté… Le blanc a toujours représenté la sincérité. Mais pas seulement, il personnifie aussi la paix, l’élégance et le raffinement. Si telles sont les valeurs de votre amour, les roses blanches peuvent aisément être choisies pour l’être aimé, prouvant la sincérité des sentiments. Additionnées à quelques roses rouges, le message sera d’autant plus clair.

Jaune

Signe de la lumière, la rose jaune est la fleur de l’amitié. Mais pour la dulcinée, alors là, c’est la boulette ! En effet, dans le langage des amants, elle est gage d’infidélité ou de trahison. Ou les deux. Bref, pas d’amalgames, on la réserve aux amis.



Orange

« L'amour platonique est à l'amour charnel ce que l'armée de réserve est à l'armée active », plaisantait le malicieux Pierre Dac. Pour ne pas y aller avec le dos de la cuillère, il suffit d’offrir des roses oranges, symboles de désir charnel, d’attirance ou d’admiration.



Rose

Déjà doux à l’œil, le rose exprime les sentiments du même registre : affection, pudeur, fidélité… La rose rose est la cousine de la rouge, en beaucoup plus tendre. Jeune amour, message pudique ou gage de respect, la rose rose passera le message.



1 rose pour déclarer un coup de foudre

2 roses pour demander pardon

12 roses pour dire merci ou officialiser sa demande en mariage

24 roses pour être le plus grand des gentlemen

36 roses pour prouver son amour

101 roses pour exprimer un amour fou (et accessoirement, exploser son compte bancaire)



Mais encore…

• Plus la rose sera épanouie, plus le message sera fort. Les fleurs encore en boutons montreront des signes de timidité.

• Si l’on parle souvent d’offrir des roses en nombre pair, cette superstition ne compte que pour les bouquets de moins de 10 fleurs.

• Symboles de sentiments bienheureux, il est également possible de faire passer un odieux message avec des fleurs. Effectivement, offrir des roses sans tiges serait un message de rupture.



Le coup de foudre, ce doux fléau



« J'ai attrapé un coup de soleil, un coup d'amour, un coup d'je t'aime, j’sais pas comment, faut qu'j'me rappelle si c'est un rêve, t'es super belle. » Maintenant que l’on a bien en tête l’air de Richard Cocciante, autant s’interroger : attrape-t-on un coup de foudre comme un coup de soleil ou un coup porté au cœur ? Pour les scientifiques, le coup de foudre est un fait biologique, pour les psychologues, c’est une « collision inconsciente ». Dans les deux cas, rien ne sert de lutter.



Une sensation de bien-être intense, des pensées permanentes pour l’autre et des signes corporels comme les palpitations du cœur ou la sudation excessive, nul doute, vous souffrez d’un coup de foudre. Scientifiquement parlant, ce n’est pas le cœur qui est touché, mais bien le cerveau. Souverain de toutes les émotions, c’est lui qui distribue toutes les jolies « molécules du bonheur » le moment venu. À l’opposé donc du mythe de l’enfant nu qui décoche des flèches arbitrairement.



Victimes de l’amour



C’est aussi le cerveau qui dirige inconscient les personnes entre elles et ce, de façon cartésienne. En effet, des études ont prouvé que chacun est attiré par une personne proche socialement et culturellement. Une paire de chaussures, un pull, une référence artistique… Il suffit parfois d’un rien pour que le cerveau s’enclenche en mode séduction. Rapidement d’ailleurs si l’on n’en croit une étude publiée dans le « Journal of Sexual Medicine » qui affirme que 0,2 seconde suffise pour tomber amoureux dans un état euphorique proche de celui après une prise de cocaïne !

Une prise qui peut coûter chère car une fois reçu, le coup de foudre peut amener à des relations idéalisées et donc peu fondées et superficielles. Mais, c’est connu, l’amour rend aveugle et selon trois quarts des français, le coup de foudre existe. Plus de la moitié d’entre eux sont d’ailleurs persuadés d’en avoir été les jolies victimes.



En couple… mais pas tout à fait indisponible



Sale temps pour la fidélité ! Ou tout dépend du degré d’implications. En effet, selon une étude de l’Ifop parue en janvier dernier, les comportements de couple ont bien changé et la connectivité n’y est pas pour rien. 33% des français se déclarant en couple se sont déjà connectés à un site ou une application de rencontres. Meetic ou Tinder, la tentation est grande mais bien différente selon les sexes : 22% des femmes contre 41% des hommes en couple ont déjà surfé sur ces sites. Cependant, les femmes âgées de 30 à 39 ans « naviguent » plus. Elles sont 36% contre 29% pour les hommes. Une fois les 40 ans résolus, ce sont les hommes qui reprennent le flambeau (31% contre 17% de femmes).

Parmi les raisons évoquées d’un tel comportement : « trouver quelqu’un de mieux », selon 49% et même 78% des 18-24 ans. Pourtant, 52% n'ont jamais eu de relation sexuelle ou affective par le biais de la plate-forme utilisée. Tromperie ? Pas tromperie ? Dans tous les cas, hypocrisie, probablement, ou changement des mœurs de société, incontestablement.



L’amour au travail, fausse bonne idée ?



« No zob in job ! » disent les anglo-saxons. Même en épargnant d’une traduction vulgaire, on comprend que la philosophie n’est pas en faveur de l’amour sur son lieu de travail. Pourtant, 30% des couples se rencontrent sur leur lieu de travail, endroit le plus plébiscité par les français pour faire des rencontres.

Bien qu’il ne faille pas tout mélanger, il n’est pourtant pas délirant de rencontrer l’amour de sa vie là où l’on passe beaucoup de temps. Mais pour éviter toutes complications, mieux vaut rester impliqué dans son travail, discret sur sa relation et laisser les problématiques professionnelles sur le palier du cocoon amoureux. Ce qui n’implique cependant pas de tout cacher. En effet, l'une des lois Auroux datant de 1982, stipule que « la vie de couple ne relève pas de l'entreprise ». L’entreprise ne peut donc pas interdire à ses salariés d’avoir une aventure, à condition, cela va de soi, de respecter quelques règles élémentaires de savoir vivre. Ou de pudeur.


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Imprimer     Fermer