L'Ainpact L'Ainpact sur mobile L'Ainpact sur Facebook Flux RSS


La Filière Comté un modèle économique qui perdure !

  • Le Comté une AOP de 60 ans.
  • Le Comté une AOP de 60 ans.
  • Tout débute avec des vaches et 
de bons pâturages
  • Fromager un métier traditionnel

À l’approche des fêtes de Noêl, le fromage le plus vendu en France pour son tonnage en tant que première AOC obtenue le 17 juillet 1958, se rappelle à notre bon souvenir. Le comté a fait son retour à la télévision et sur internet à partir de ce lundi 19 novembre sur une campagne  de trois petits spots vidéo avec un slogan percutant «Connaissez-vous quelqu’un qui n’aime pas le comté?». De par son cahier des charges très contraignant, le Comté énonce la couleur sur la préservation de l’environnement,  et des paysages, sur la biodiversité, le bien-être animal, les  créations d’emploi sur tout le territoire et un juste prix pour tous les acteurs de la filière, et surtout aussi sur la diversité de plaisirs et d’usages pour les consommateurs. C’est cette méthode, que la filière s’est elle-même imposée. Pour ses 60 ans l’appellation s’est mise de nouveau en scène, à la Saline Royale d’Arc-et-Senans 4 jours durant du 18 au 20 octobre, pour fêter cette réussite. 



L’AOP une garantie de qualité.



Cette Appellation d’Origine Protégée la plus vendue en France, définit pour le Comté une zone de production, un terroir en somme, qui correspond approximativement au Massif du Jura, un croissant de 300kms environ, sur une région qui s’étend principalement en Franche-Comté sur deux départements, le Jura et le Doubs et sur l’Ain département de la région Auvergne-Rhône-Alpes. En moyenne montagne ou en Pays des Lacs, et de Petite Montagne, et dans l’Ain  la nature s’ouvre aussi sur des vallées verdoyantes et fleuries. L’agriculteur sur l’appellation élève les races Montbéliarde (95% du cheptel) et Simmental française (5%), avec une alimentation naturelle à base d’herbe fraîche à la belle saison et de foin en hiver. Tout aliment fermenté, type ensilage, est interdit car il est néfaste à la qualité du lait utilisé à l’état cru. Vive la proximité…



La filière d’excellence des fruitières pour une agriculture spécifique.



L’agriculteur trait ses vaches le matin et  le soir et doit porter le lait chaque jour à la fruitière, dont la zone de collecte est limitée à un cercle de 25 km de diamètre, qui inclut l’atelier de fromagerie et toutes les exploitations qui lui livrent leur lait. Pour produire du Comté AOP, la fruitière est donc l’atelier où les producteurs rassemblent leur lait pour le faire transformer en Comté par le fromager (17 exploitations en moyenne par fruitière), et l’affiner. En général de nature coopérative, cette forme originale d’organisation villageoise est née il y a 8 siècles. Elle véhicule des valeurs réelles de partage, de solidarité et de traditions. Et cela permet aux agriculteurs-coopérateurs de bénéficier de la valorisation de leur lait par la transformation en fromage. Ils vivent en général pas mal du fruit de leur travail, contrairement aux éleveurs qui vendent leur lait à de grands groupes laitiers, qui tirent toujours les prix d’achat vers le bas. L’intérêt collectif à long terme, doit dépasser l’intérêt particulier de chacun à court terme. Ce système des fruitières doit  poursuivre dans cette voie, en se modernisant au fur et à mesure sans renier ses valeurs pour la prospérité et la pérennité de sa filière…


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces