L'Ainpact L'Ainpact sur mobile L'Ainpact sur Facebook Flux RSS


La librairie Biguet : 30 ans déjà !


Voilà trente ans que Françoise Biguet a repris la librairie de la rue de la République. Consciente de travailler dans un lieu qui possède une âme, elle constate aussi, avec une certaine satisfaction, que le livre a un avenir. Explications.

Publi-reportage



« Dans une librairie, le temps ne passe pas », disait l’auteur belge Francis Dannemark. Et bien, à Bellegarde-sur-Valserine, au 31 rue de la République, le temps s’est arrêté il y a bien des années, pour le bonheur des lecteurs du secteur. « J’ai racheté il y a 30 ans, en mai 1989, mais c’était déjà une librairie depuis au moins 20 ans ! », explique Françoise Biguet. À l’époque, elle débarque de sa Savoie natale prenant le pari de reprendre un magasin vendant autant des livres que de la papeterie. Au fil des années, c’est la librairie qui s’est imposée au sein de ces murs. « Petit à petit, nous avons vendu moins de papeterie et plus de librairie. Aujourd’hui, 95% de nos ventes concernent la librairie », précise la gérante.



Généraliste, la librairie Biguet possède divers rayons : littérature générale, française et étrangère traduite, polar, poche, cuisine, nature, carterie et un rayon jeunesse remarquable. « Toutes les librairies généralistes travaillent très bien en jeunesse. Quand on achète un livre pour un enfant, on a souvent besoin du conseil, pour savoir ce que l’on lit à cet âge-là, d’autant plus qu’il y a une profusion d’éditions et une quantité de livres qui sortent constamment », dévoile Françoise Biguet. Et pour cela, la gérante peut compter sur ses deux employées : Laetitia, adepte de polar et mère de deux enfants, et Martine, mamie de 6 petits-enfants sur lesquels elle teste les livres en rayon.



Et puisque les livres sont propices à l’échange, la librairie a développé ses propres événements mensuels.  En plus des signatures, les fameuses « causeries » sont une sorte de club de lecture, le gâteau et la convivialité en plus. Ancrée dans son territoire, la librairie propose également des récits locaux. Le dernier en date, « Retord, Une terre d’histoire et de légendes », de Dominique Erster, a d’ailleurs rencontré un vif succès. « Il y avait une demande pour ce livre, ici le Retord, c’est affectif. Même ceux qui ont l’habitude de s’y balader apprennent des choses avec ce livre. Il est bien fait, il va s’épuiser, c’est sûr », analyse la libraire.



« Les librairies restent des magasins qui ont une âme »



Il faut dire qu’après trente années passées au beau milieu des livres, elle connait bien les lecteurs et a vu une évolution de leur consommation. « J’ai vu le phénomène Harry Potter. C’était flagrant cette génération qui a commencé à lire avec ce sorcier. Aujourd’hui, on a quand même des ados qui lisent. Ils sont sans cesse connectés à leur portable mais ils lisent aussi ! », sourit-elle.



Et face au géant du web Amazon, Françoise Biguet peut d’ailleurs compter sur cette nouvelle génération. « Amazon est la plus grosse librairie du monde, ce n’est pas discutable. Vous commandez un livre, vous l’avez le lendemain. Mais alors qu’ils ont des écrans partout, au travail, à la maison, on se rend compte que les gens qui rentrent chez nous sont très militants. Il se passe rarement une semaine sans que quelqu’un nous remercie d’être encore en vie. Ils veulent que les petites librairies perdurent et ils sont conscients de leur choix. C’est une clientèle avisée, qui choisit, a des connaissances, un esprit critique. Ça nous motive et ça nous donne quand même bon espoir. Les librairies restent des magasins qui ont une âme », conclut Françoise Biguet.


L’œil de l’experte

Pour l’été, sur la plage ?

« Valentine ou la belle saison », d’Anne-Laure Bondoux 

Vous vous détendez, c’est léger, romanesque, et après la lecture, vous aurez envie de faire de la course à pied…



Votre dernier coup de cœur ?

« Une éducation », de Tara Westover 

C’est une autobiographie, comme un documentaire, sur une jeune fille américaine venant d’une famille spéciale mais qui arrive tout de même à aller à l’université. On y découvre un parcours exceptionnel.



Un livre pour les 7-8 ans ?

« Hôtel Heartwood », de Kallie George et Stephanie Graegin, chez Casterman



Un livre pour les 11-12 ans ?

« Le Monde de Lucrèce », d’Anne Goscinny, chez Gallimard Jeunesse



Un livre dès 15 ans ?

« L’aube sera grandiose », d’Anne-Laure Bondoux et Coline Peyrony, chez Gallimard Jeunesse


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces