L'Ainpact

Le Musée de l’Abbaye prend de la maturité et se modernise

  • Valérie Pugin la Directrice accueille les visiteurs
  • Valérie Pugin la Directrice accueille les visiteurs
  • Tableau vivant par la
 Cie Terraluna
  • Le bain de 19h37
Dix ans d’existence cela se fête…

Une nouvelle muséographie



Le musée de l’Abbaye de Saint-Claude a fêté, sous la direction de la Communauté de communes Haut-Jura Saint-Claude, en décembre dernier, ses dix premières années d’existence sur la place qui porte son nom, devant la cathédrale. Cet écrin est dédié à la donation de deux peintres : Guy Bardone, le local de Vaux-les-Saint-Claude, et son ami René Genis, parisien d’adoption. Devant un parterre de plus d’une centaine de personnes, la visite a été intense, pleine et enrichissante, sous la conduite de la directrice, Valérie Pugin, et ce, malgré l’absence du Ministre de la Culture, Franck Riester pourtant annoncé…



Au bout de dix ans d’existence, il est apparu nécessaire de remodifier un peu le parcours, afin de redécouvrir totalement ce lieu de culture. On entre dorénavant de plain-pied dans la collection elle-même au rez-de-chaussée, on progresse ensuite au premier étage avec la collection permanente, alors qu’au second vont désormais se loger les collections temporaires avec une scénographie revisitée de Frédéric Beauclair intitulée « Dialogues de peintres ». Elle sera en place jusqu’au 16 septembre 2019.



Cette « nuit au musée » était exceptionnelle par la présence importante de personnes habituées ou non, d’élus de tous les bords politiques, venues ce soir-là témoigner de la place de choix du musée dans l’harmonie culturelle du Haut-Jura et d’ailleurs. De plus, cette présentation était originale, par la présence de la Compagnie Teraluna de Besançon, avec la hardiesse de ses tableaux vivants, notamment dans le sous-sol archéologique du lieu, et au milieu des salles d’exposition.



Le numérique fait son apparition au musée



Les autres changements opérés pour ces 10 ans de vie, interviennent déjà dès le début de la visite par la présence et la découverte des collections enrichies de dix nouvelles œuvres inédites au musée, et prêtées notamment pour sept d’entre elles par la FRAC, mais aussi le Musée National d’Art Moderne du Centre Georges Pompidou, le Musée des Beaux-Arts de Dôle, et celui de Lons-Le-Saunier.



L’entrée d’outils numériques va permettre une meilleure compréhension et diffusion, notamment en direction des étrangers. Les visiteurs peuvent ainsi consulter des maquettes et assister à des reconstitutions en 3D de l’Abbaye dans son développement architectural au-delà des époques, conjointement à l’histoire de la ville. Afin de coller au plus près des désirs d’un plus large public, une application développée sur smartphone est disponible. Cela va permettre aux touristes hollandais, anglais, italiens et allemands  notamment, qui viennent en nombre en vacances dans le Haut-Jura, de recourir à cette assistance pédagogique bienvenue pour eux. Les contenus sont aussi utilisables en système LSF (langue des signes pour les non-voyants). En dix ans, le Musée a présenté 24 expositions temporaires différentes, édité 17 publications, et a reçu en résidence de nombreux artistes. Ce coup de projecteur et cette nouvelle lisibilité doivent lui permettre d’accroître son audience au sein des montagnes jurassiennes et d’ailleurs, car, comme l’a précisé le maire de la ville, « sa fréquentation n’est pas à la hauteur des richesses qu’il contient. Un effort plus grand de promotion doit être effectué, pour qu’il devienne, comme il le mérite un phare culturel majeur dans notre région ». Ce coup de jeune devrait le lui permettre.


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Imprimer     Fermer