L'Ainpact

Le service national universel


Le gouvernement a annoncé les grandes lignes du service national universel testé à partir de l'automne 2019, puis étendu progressivement pour atteindre 750 000 jeunes en 2026. L'âge de 16 ans a été choisi car "les jeunes sont en général en seconde, il n'y a pas d'examen à la fin de l'année et ils sont suffisamment jeunes pour être repérés à temps en cas de décrochage", explique le ministère des Armées au Parisien. C'est également un âge où l'on compte moins de jeunes gens chargés de famille.


Le service national sera organisé en trois phases : la première, une "phase de cohésion", se déroulera sur une période de 15 jours en hébergement collectif pour permettre le "brassage social". Les jeunes résideront dans des camps de vacances, dans les pensionnats des lycées ou encore dans des structures construites à cet effet. 15 jours très symboliques qui permettront aux jeunes d’apprendre les gestes de premiers secours, s'orienter avec une boussole, rendre compte d'une situation de danger par radio. Ils feront également du sport, et passeront des tests destinés à détecter l'illettrisme. La deuxième période dure elle aussi 15 jours.


Il s'agit d'un temps d'engagement "plus personnalisé" en petits groupes, dans des associations par exemple, pas nécessairement en internat. Cette séquence se déroulera en partie sur les week-ends ou les vacances scolaires. Enfin la troisième phase, facultative, se déroulera avant 25 ans, sur une durée de 3 à 12 mois, "pour ceux qui ont envie de s'engager davantage", a expliqué le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer. Elle pourra s'effectuer dans des domaines tels que la défense, l'environnement, l'aide à la personne ou encore le tutorat ou la culture.


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Imprimer     Fermer