L'Ainpact L'Ainpact sur mobile L'Ainpact sur Facebook Flux RSS


Nach, la cadette des Chedid, envoûtera le festival Oh Bugey


Une fin de prénom et un début de nom reliés, voilà un pseudonyme tout trouvé. Car Nach n’est autre qu’Anna Chedid, fille de Louis et sœur cadette de Matthieu. Chanteuse, compositrice et musicienne, elle aussi a la fibre artistique. Dotée d’une voix sans pareil, chaude, ample et unique, elle vient de sortir un nouvel album nommé « L’Aventure ». Elle le présentera le 20 juillet sur la scène du festival Oh Bugey à Oyonnax. Interview.

Pour obtenir une voix comme la vôtre, quelle est la part du travail et celle du don ?

Je pense que tout le monde peut chanter, vraiment. Par contre, ce que l’on appelle le don, j’ai l’impression que c’est plus une attirance forte. Quand, toute petite, j’ai commencé à chanter, c’était une évidence pour moi. J’ai écouté ma voix et je me suis dit que c’est elle qui allait me guider, c’est pour cela que j’ai pris des cours de chant et que j’ai approfondi ce travail. Je ne savais pas que j’allais faire ce métier mais je savais que chanter me plaisait.



Quelles sont vos inspirations musicales ?

Il y en a énormément. J’ai eu un énorme flash musical en entendant Maria Callas à l’âge de 7 ans. Ça a été mon premier gros traumatisme musical. Je me suis rendue compte que la musique n’était pas que des notes et un enchaînement de mélodies, c’était aussi de l’émotion pure. Après c’est très varié, je peux écouter des grands classiques comme Ray Charles, Stevie Wonder, Nina Simone, Billie Holiday et en même temps Radiohead ou plein de choses actuelles et variées. Ce qui me touche dans la musique, c’est l’émotion plus que le style musical.



Quelle part occupe votre famille dans votre création musicale ?

Aucune. Avec Joseph [NDLR : son frère cadet], on a co-arrangé et réalisé l’album ensemble mais j’ai tout écrit et composé. Il était mon regard extérieur, mon musicien pour cet album mais pour la création, c’est moi.



«J’essaie d’être à la fois intime et universelle»



Quelles sont les différences notables entre le premier album, sorti en 2015, et «L’Aventure» sorti en mai dernier ?

Je pense que le premier était beaucoup plus sur un travail de couleurs, d’images, d’esthétique. J’ai l’impression que celui-ci est plus profond, j’ai voulu mettre en valeur l’intime. Oser l’aventure, c’est aussi se montrer tel que l’on est et ne pas avoir peur d’être imparfait, d’être sensible. Alors que sur le premier, j’étais plus dans la force et le côté super-héroïne. Sur celui-là, j’essaie d’être à la fois intime et universelle, comme tout le monde, en montrant aussi ma sensibilité et mes faiblesses.



Festival ou concert ?

J’adore les deux. C’est très différent. En fait, j’adore jouer de la musique où que ce soit, devant 50 personnes dans un bar, devant 5000 personnes en première partie d’un Zenith ou alors plutôt entre 500 et 800 dans mes propres concerts, en intérieur, en extérieur… C’est de la musique donc je n’ai pas de préférence !


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces