L'Ainpact L'Ainpact sur mobile L'Ainpact sur Facebook Flux RSS


Roger Pingeon a mis l’Ain sur le toit du cyclisme


Roger Pingeon, vainqueur du Tour de France 1967, est natif de l’Ain, et est surtout connu pour son fort caractère mais également pour ses échappées victorieuses. Retour sur la carrière d’un homme qui a fait vibrer les routes à la fin des années 1960.

L’Ain a son maillot jaune, et il se nomme Roger Pingeon. Né le 28 août 1940 à Hauteville-Lompnes, il a commencé sa carrière professionnelle de cycliste tardivement, en 1965, avec l’équipe Peugeot. Après une première année de découverte, où il terminera 12e du Tour de France, il vit une année 1966 contrastée, plusieurs désillusions l’entraînent à vouloir stopper sa carrière. Il sera finalement sur les routes du Tour de France, où il finira 8e.



Puis, l’année 1967 restera comme la consécration de Roger Pingeon. Au repos à la suite d’une chute lors du Paris-Nice, il démarre le Tour, marqué par le retour des sélections nationales. Si Roger Pingeon a remporté l’édition 1967, c’est en grande partie grâce à son échappée solitaire de 57 kilomètres réalisée lors de la 5e étape Roubaix-Jambes. Il prend plus de six minutes d’avance sur les favoris et décroche son premier maillot jaune. Excepté lors de la 8e étape, il portera le maillot jaune jusqu’à Paris, épaulé par Raymond Poulidor.



L’année suivante, Roger Pingeon a souhaité rendre la pareille à Raymond Poulidor et l’aider à s’imposer sur la Grande Boucle, mais ce dernier a dû abandonner lors de la 16e étape. Roger Pingeon finira 5e du classement général et sera récompensé par le prix de la combativité. En 1969, il remportera le Tour d’Espagne grâce, une nouvelle fois, à une échappée, lors de la 12e étape. La fatigue et l’enchaînement des courses s’accumulant, il n’arrive pas à rivaliser avec Eddy Merckx sur le Tour de France. Il finira 2e à plus de 17 minutes du leader.



Fin de carrière et reconversion



Les années suivantes sont marquées par un abandon lors de la 7e étape du Tour de France 1970, puis une suspension de quatre mois en 1971 pour un contrôle antidopage positif, de mai à août, qui le prive de courir autour de l’hexagone. Une affaire qui finira devant la justice, et le feu des médias, où Roger Pingeon attaque la Fédération française pour entrave à l’exercice de sa profession. Il obtiendra finalement gain de cause. Enfin, son aventure avec Peugeot se termine en 1972 après un nouvel abandon sur le Tour. Abandon qui le pousse une nouvelle fois à arrêter sa carrière. Il remontera finalement de nouveau sur un vélo en 1973 et 1974, avant de définitivement stopper sa carrière professionnelle.



Il tiendra alors un bar durant quelques années, puis un commerce de fleurs. En 1975, il devient consultant pour le Tour de France. Expérience contrastée qui ne sera pas renouvelée. Mais en 1979, il devient consultant sportif à la télévision suisse, où il commente le Tour de France jusqu’en 1998. En 1990, l’Office départemental des sports de l’Hérault le recrute pour s’occuper du cyclisme. Roger Pingeon verra alors une course cyclotouriste baptisée en son nom. Il reviendra sur ses terres natales, à Beaupont, durant les années 2000, où il restera jusqu’à son dernier souffle. Le 19 mars 2017, il est victime par une crise cardiaque et s’éteint à l’âge de 76 ans.



Le saviez-vous ?



Surnommé l’échassier, il est considéré par ses pairs comme « une tête de cochon » mais « doté d’un don exceptionnel ». Pour preuve de son attitude parfois désinvolte, il a, durant la 14e étape du Tour 1969, giflé Raymond Delisle, excédé par l’attitude individualiste de ce dernier. Mais au fond, comme le raconte son partenaire Christian Raymond, « tout le monde l’aimait, même si tous le prenaient pour un fou ».


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


Les articles de la semaine



Citroën C3 Aircross : nouveau rôle pour une nouvelle vie

Adieu au C3 Picasso, monospace familial qui a tant donné de sa personne sur les autoroutes des vacances ! Bienvenue au C3 Aircross qui adopte le style des SUV tout en imposant sa griffe originale ! Un nouveau venu qui redistribue les cartes entre Peugeot et Citroën.
Publié le 10/11/2017

Bloc-notes