L'Ainpact L'Ainpact sur mobile L'Ainpact sur Facebook Flux RSS


Un projet artistique international à la Vapeur et à la Grenette


Le 3e Festival de Street Art d’Oyonnax a eu chaud

Du 28 au 30 juin dernier, le 3ème Festival International de Street-Art d’Oyonnax a de nouveau sévi. Vingt artistes inédits et issus de plusieurs continents étaient en concours cette année pour apporter des choses différentes, avec plusieurs critères : la créativité, l’harmonie des couleurs, et la maîtrise des techniques. Deux lieux de création leur étaient proposés à l’esplanade de La Grande Vapeur, comme à l’accoutumée, et dans la galerie marchande de la Grenette avec le thème de l’Amour.



Les plus chanceux réfugiés dans ce dernier espace ont pu bénéficier de conditions un peu plus favorables avec une fraîcheur bienvenue, en comparaison de la canicule subie à La Grande Vapeur... D’ailleurs, un concurrent, le hollandais Nol, a dû être hospitalisé pour des soucis liés à la chaleur. Deux classements permettaient de départager les artistes, avec le Street Painting, ou peinture de rue au sol, et la peinture sur tableaux.



La 1ère année, ils étaient 11 artistes, l’année dernière 17 avaient répondu à l’invitation et cette année ils étaient 20. Sandra M. Abdolhay, l’italienne, remporte le 1er prix pour les œuvres de rue au sol devant sa compatriote Ornadecor. Lemexicain Salvador Hernandez Briones termine lui à la troisième place.



Concernant les tableaux, c’est la française Gretl qui l’emporte devant le burgien Phil, tandis que l’anglaise Carleen de Sôzer boucle le trio. Une vente aux enchères des œuvres avait lieu à 18 heures à Valexpo. Cette deuxième édition a drainé moins de monde que l’an dernier à cause de conditions météo très particulières.



Voulu et élaboré par Pierre Paita, dirigeant de société locale et passionné d’Art, le Festival International de Street Art d’Oyonnax est porté depuis 2015 par l'association « Art In Haut-Bugey », dont il est le président. Ce projet associatif, basé sur des bénévoles, des partenaires et des mécènes, engendre de nombreuses heures de travail autour d’une même passion : l’Art de l’Ephémère, de la finitude. Cela concerne tout ce travail de nombreuses heures ou de plusieurs jours, qui disparaît en quelques minutes dans la rue sous la pluie. Là aussi est la poésie des œuvres.



Que la 4èmeédition revienne au plus vite...


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces